mercredi 10 septembre 2014

Le mégalodon existe-t-il encore? Survivance des Carcharodons

Est-ce que le colossal requin connu comme le Mégalodon existe encore de nos jours sous une forme ou une autre? Le méga-requin Mégalodon existe-t-il, est-il toujours vivant? Le grand requin blanc est-il le descendant direct du Mégalodon?
Mégalodon

Depuis la récente découverte d'un autre requin préhistorique, l'espèce C. hubelli, la théorie de la survivance de Carcharodon megalodon en l'espèce Carcharodon carcharias est mise à mal, l'hypothèse de descendance directe entre les deux espèces est sérieusement battue en brèche et remise en cause. Ceci viendrait conclure que le grand requin blanc ne serait pas le descendant du Mégalodon. En effet, le grand blanc est admis scientifiquement avec le Mégalodon comme ancêtre si on accepte certaines origines de lignées originelles. Mais les discussions taxonomiques à ce sujet ont toujours existé, et continuent à être discutées tant les ichtyologistes et paléontologues sont mitigés sur la réponse à fournir. Pour rappel sur le Mégalodon, hyper-musclé, ce requin géant avait des mâchoires plus de 2 m de large pour une longueur totale de 16 mètres environ, avec probablement des spécimens dépassant 20 m. Alors que le mégalodon pouvait manger tout ce qu'il a choisi, sa nourriture préférée était les baleines. D'autres types de mammifères marins tels que les phoques étaient également sur son menu. La plupart des proies chassées par ce requin-prédateur était en pleine mer, mais les juvéniles vivaient près de la côte. Il attaquait sa proie près de la surface, quand il remontait, profitant de son patron de coloration le rendant peu visible depuis la surface. Le Mégalodon pouvait nager à grande vitesse sur de courtes distances afin de pouvoir se précipiter sur sa proie par dessous. Surtout quand la lutte contre les grandes espèces était engagée, il lui fallait d'abord chercher à immobiliser ses proies en blessant une nageoire ou la queue. Une fois la victime incapable de nager correctement, il était facile d'en finir. Des faits largement acceptés : il y a 70 à 100 million années, la merveille connue comme le requin megalodon a vogué dans les eaux chaudes de la Terre. Sur la base de ce que les chercheurs ont découvert, le mégalodon avait beaucoup de similitudes physiques et comportementales avec le grand requin blanc. Cependant, l'une des principales différences entre les deux est que le mégalodon était beaucoup plus menaçant et intimidant. Le grand blanc, en moyenne, mesure de 4 à plus de 6 m de long. Oui ces longueurs sont assez impressionnantes, mais il ne soutient pas la comparaison avec le requin mégalodon. Les longueurs exactes de ces anciens requins sont encore en discussion, cependant, nous savons que le mégalodon était environ de 12 à 21 m de long! Il est également connu comme le plus grand poisson carnivore qui ait jamais existé sur la Terre.

mardi 9 septembre 2014

Connu comme étant le plus grand prédateur des mers chez les poissons, le requin, au travers de l'actuel grand requin blanc, est aussi une espèce extraordinaire. S'il ne fait pas bonne figure vis-à-vis de l'homme, c'est que ce dernier ose s'aventurer dans son territoire. Quand on connait de plus près la morphologie et le mode de vie du requin blanc Carcharodon carcharias, il est impossible de ne pas se laisser fasciner par ce dernier. Le requin blanc fait l'objet d'études des plus grands scientifiques de la planète. Et si l'on en croit l'étymologie du mot requin, c'est tout à fait normal.

grand blanc

En effet, rares sont les espèces animales comme le grand blanc qui peuvent sentir la moindre petite vibration à plusieurs centaines de mètres du lieu où un corps tombe dans l'eau. La moindre goutte de sang qui coule dans la mer peut être détectée par le requin blanc sur une surface de plusieurs kilomètres à la ronde. L'étude de cette espèce apporte une contribution pour la science, cependant, il faut juste faire très attention lorsqu'on l'approche de très près car c'est un animal qui peut être très agressif.

vendredi 15 novembre 2013

Limules et triops : des origines préhistoriques

Comme dans l'article concernant les coelacanthes et les dipneustes, abordons d'autres animaux aquatiques d'origine préhistorique avec les limules et les triops.

La limule Limulus polyphemus en milieu naturel
Une limule peut être conservée en aquarium marin dédié.

Limulus polyphemus


La plus connue des limules est l'espèce Limulus polyphemus, l'animal peut atteindre 50 cm environ dans la nature, mais dépasse rarement 35-40 cm en captivité.

On notera que si les limules sont animaux marins, les triops sont des animaux d'eau douce.
Espèce Triops longicaudatus
Un triops de l'espèce Triops longicaudatus.

Triops longicaudatus


L'espèce la plus communément trouvée dans le commerce est Triops longicaudatus, un petit crustacé de 5 cm environ qui est proposé à la vente sous forme de "jouet" pour enfants. L'animal n'ayant qu'une durée de vie de 90 jours environ, n'oblige pas à un engagement long.

mardi 3 septembre 2013

2 nouveaux requins à l'été 2013

Assez étonnamment, l'été 2013 a vu deux nouvelles espèces de requins décrites scientifiquement et officiellement fin Août : le requin-marteau Sphyrna gilberti et le requin-bambou Hemiscyllium halmahera. Si le premier est, en quelque sorte, un renommage d'une sous-population américaine d'un autre requin-marteau, le second fait l'actualité des médias par sa non-nage, et son mode de déplacement qui s'apparente à une reptation donnant l'impression que le requin-bambou marche sur le fond de l'océan.

Le requin Hemiscyllium halmahera est un requin qui marche
Le requin-bambou nouveau :

Hemiscyllium halmahera


En effet, le requin-bambou (ou requin-chabot), grand d'une cinquantaine de cm, semble marcher, se déplaçant sur ses nageoires pectorales et anales comme le montre cette vidéo : http://bit.ly/18ayzWl

Cette vidéo est vraiment incroyable car le requin-bambou "marche" comme un lézard. Ce requin n'est pas encore inclut dans FishBase à ce jour mais sera inscrit dès que possible. Sinon, il y a 8 autres espèces connues similaires dans ce genre, aussi connue comme requins-tapis, requins-chabot ou requins-bambou, bien qu'aucun comportement de "marche" ne semble être signalé pour eux. J'en ai vu un aux Philippines au cours d'une plongée de nuit, mais il ne marchait pas comme un lézard, il glissait plus comme un serpent. L'individu semble être assez "lourd", c'est à dire, porteur négatif. Normalement, les requins ont un foie gras qui leur permet d'être seulement un peu plus lourd que l'eau. Être "lourd" serait un avantage dans les eaux très peu profondes où l'action des vagues déplace toujours l'eau en direction du fond, des abysses.

Dans le cas contraire, il semble un frein : pourquoi "marcher" si vous pouviez "voler dans l'eau"? Cette forme motrice ressemble sûrement à un besoin d'économie d'énergie. Mais alors, le maintien d'un foie "gras" coûte aussi de l'énergie. Il y a plusieurs autres espèces de poissons étranges qui semblent aussi marcher par anthropomorphisme, comme les poissons-grenouilles ou le très spécial blobfish auquel on prête un sourire humain dans l'eau. En revanche, les cœlacanthes Latimeria qui ont des adaptations morphologiques les plus proches de membres, ne montre aucun comportement de marche du tout. Toutefois, on peut également noter que le requin-bambou marcheur a perdu toue capacité de nage dans le flux d'eau par une transformation de sa nageoire caudale, plus du tout en forme d'aileron, mais juste arrondie, sans aucun rôle de gouvernail.

mardi 18 juin 2013

Première morsure de requin à Surfside Beach, Texas

Un garçon de 15 ans était en convalescence après avoir été a été attaqué par un requin le 17 juin 2013 à Surfside Beach au Texas, aux USA. L'adolescent a subi des lacérations non menaçantes pour sa vie sur une main et une jambe. Les premiers intervenants ont déclaré à ABC Nouvelles que le jeune homme était dans un état stable quand il a été transporté au Memorial Hermann-Texas Medical Center à Houston.

Les fonctionnaires ont déclaré que c'était la première morsure de requin en 25 ans sur Surfside Beach, un lieu de baignade populaire situé sur le golfe du Mexique, au Texas. Il semble bien que les températures se réchauffent et plus de nageurs vont loin dans l'eau, mais les observations de requins ont secoué les nerfs des nageurs. Et pour cause, plusieurs observations font état de la présence de requins blancs au large de Cape Cod au cours des derniers jours de cette mi-juin et les sauveteurs ont plusieurs fois demandé aux nageurs de se mettre en sécurité sur la plage.

La nageoire dorsale sinistre se dévoile aussi à Nauset Beach à Orléans, dans le Massachusetts, et cette apparition était suffisante pour que les autorités ferment temporairement le lieu de baignade populaire le dimanche, quelques jours après une autre observation de grand requin blanc dans la région de Cape Cod. "Il m'a été rapporté que notre maître-nageur principal avait repéré une nageoire dorsale à environ 150 mètres à l'Est de la plage aménagée. Il a estimé qu'il était de 4 à 4,5 mètres de longueur," explique un surveillant de plage à Orléans (pas le Orléans français, mais celui du Massachusetts!). Les sauveteurs ont commandé aux nageurs de sortir hors de l'eau à 10h15. Les eaux ont été rouvertes au public une heure plus tard après il n'y avait aucune observation supplémentaire d'aileron dans la région. "Nous avons eu un certain nombre d'observations l'an dernier, certains confirmée, certains non confirmée", a déclaré Farber. "Nous opérons sous l'hypothèse que ces animaux marins sont là pour rester."

samedi 20 avril 2013

Le coelacanthe détrôné par le dipneuste

Qui aurait pensé que c'est finalement le dipneuste le plus proche poisson de l'homme? C'est pourtant ce que révèle une enquête sur les coelacanthes lors de l'étude du génome de l'ADN du Coelacanthe africain.

coelacanthe en mer

A la lecture de l'étude parue sur le coelacanthe africain de l'espèce Latimeria chalumnae dans la revue Nature, il devient prouvé que les poissons pulmonés de la branche des dipneustes est plus proche dans l'arbre de l'évolution des tétrapodes que les coelacanthes. Le génome du coelacanthe d'Afrique offre un aperçu dans l'évolution des tétrapodes car ce génome a été séquencé et assemblé en utilisant l'ADN à partir d'un spécimen Latimeria chalumnae des Comores. Il a été séquencé par la technologie de séquençage "Illumina" et assemblé à l'aide de l'assembleur de génome "ALLPATHS-LG 11". Le génome de L. chalumnae a été rapporté précédemment pour avoir un caryotype de 48 chromosomes.

Les biologistes de l'étude ont déclaré mercredi 17 avril 2013 qu'ils avaient démêlé (séquencé) l'ADN du cœlacanthe, un poisson "fossile vivant" dont la lignée ancienne peut faire la lumière sur la manière dont la vie dans la mer se glissa sur la terre il y a des centaines de millions d'années.

L'analyse du génome de ce spécimen de coelacanthe montre trois milliards de "lettres" du code de l'ADN, ce qui le rend à peu près de la même taille que celui d'un humain, ont-ils expliqué. L'empreinte génétique semble avoir changé étonnamment peu au cours des ères, pointant vers l'une des espèces les plus réussies jamais étudiées.

Les chercheurs ont constaté que les gènes globaux évoluent beaucoup plus lentement que chez tous les autres poissons et vertébrés terrestres déjà observés et séquencés. En effet, trouvé dans les eaux profondes au large de l'Afrique du Sud, avec des cousins ​​au large des côtes de l'Indonésie avec l'espèce Latimeria menadoensis, les coelacanthes représentent l'une des espèces les plus anciennes qui existent aujourd'hui. Le poisson gris-brun-bleuté peut atteindre jusqu'à deux mètres de longueur et peser jusqu'à 90 kilos.

dimanche 30 décembre 2012

Présentation du grand requin blanc, Carcharodon carcharias

Connu comme étant le plus grand prédateur des mers chez les poissons, le requin, au travers de l'actuel grand requin blanc, est aussi une espèce extraordinaire. S'il ne fait pas bonne figure vis-à-vis de l'homme, c'est que ce dernier ose s'aventurer dans son territoire. Quand on connait de plus près la morphologie et le mode de vie du requin blanc Carcharodon carcharias, il est impossible de ne pas se laisser fasciner par ce dernier. Le requin blanc fait l'objet d'études des plus grands scientifiques de la planète. Et si l'on en croit l'étymologie du mot requin, c'est tout à fait normal.

grand blanc

En effet, rares sont les espèces animales comme le grand blanc qui peuvent sentir la moindre petite vibration à plusieurs centaines de mètres du lieu où un corps tombe dans l'eau. La moindre goutte de sang qui coule dans la mer peut être détectée par le requin blanc sur une surface de plusieurs kilomètres à la ronde. L'étude de cette espèce apporte une contribution pour la science, cependant, il faut juste faire très attention lorsqu'on l'approche de très près car c'est un animal qui peut être très agressif.

Les particularités du requin blanc

Même si le grand requin blanc ne dispose pas du même organe du toucher tels que le nôtre, par contre, son sens acoustico-latéral est beaucoup plus développé, c'est ce qui caractérise le plus ce prédateur des mers. Il perçoit très facilement les plus petits mouvements dans l'eau même à plusieurs kilomètres du lieu où il se trouve. Le sens olfactif du requin blanc est beaucoup plus développé de même pour celui du goût, c'est pourquoi, il est plus facile pour ce dernier de détecter les petites gouttelettes de sang qui sont versées dans la mer. Le requin blanc ne perçoit pas les mêmes couleurs que ce que l'homme voit, mais en revanche, lorsqu'il est en surface, il est plus attiré par les couleurs chaudes, c'est pourquoi il trouve plus d'intérêt à pourchasser un homme qui tombe accidentellement dans l'eau. Enfin, l'une des rares particularités du requin blanc, c'est qu'il est équipé de capteurs électromagnétiques, c'est ce qui fait surtout sa sensibilité. En effet, cet organe, appelées les ampoules de Lorenzini, permet de détecter toutes les perturbations magnétiques dans l'eau.

Le requin blanc : une espèce menacée

Même si le requin blanc est une espèce très redoutée par l'homme, il est aussi une proie idéale pour certains pêcheurs pratiquant le shark finning, la pratique du découpage des ailerons de requins. C'est surtout sa réputation de chasseur d'homme qui pousse essentiellement les traqueurs-pêcheurs à pourchasser cette merveilleuse machine des mers. La viande de requin est très appréciée en Asie, ainsi, le commerce du requin blanc s'est développé depuis quelques années. On utilise également certaines parties de son corps pour fabriquer des sacs, une raison de plus qui pousse les gens à le chasser. Plus d'une centaine de million de requins est tuée chaque année, un chiffre très élevé ce qui place le requin dans la liste des espèces les plus menacées dans le monde. Même s'il a mauvaise réputation vis-à-vis de l'homme, le grand blanc Carcharondon reste un animal fascinant qui mérite d'être protégé. L'absence de ces prédateurs dans les profondeurs des mers des 4 coins du monde de peut avoir des répercussions très néfastes sur tout l'ensemble de l'écosystème marin, donc autant les protéger tant qu'il est encore temps. C'est ce qui vient d'arriver avec la création d'un sanctuaire à requins dans l'océan Pacifique.